Interventions liées à l’intimidation et à la violence

Seize plaintes liées à l’intimidation et à la violence ont été traitées au Bureau des directions d’unité. Aucune de ces plaintes n’a toutefois généré un rapport de la protectrice de l’élève ou nécessité un comité de révision.

Toutes les plaintes reçues ont été traitées en tant que cas d’intimidation avec les interventions appropriées. Après analyse, aucune demande traitée en 2017-2018 ne correspond à de l’intimidation, telle que définie par le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

2017-2018
Total des plaintes 659
Plainte pour intimidation 16

Sommaire du rapport annuel de la protectrice de l’élève

La fonction de protecteur de l’élève a été mise en place le 20 juin 2012. Le protecteur de l’élève est une tierce personne indépendante de la Commission scolaire et de la personne qui a recours à ses services. Le protecteur de l’élève ne représente ni la Commission scolaire ni le plaignant afin d’assurer un traitement le plus impartial possible.

Voici un résumé des dossiers traités au cours de l’exercice 2017-2018. La version intégrale est déposée sur le site de la Commission scolaire : csdm.ca/protectrice-eleve

Au total, 295 dossiers ont été traités par la protectrice de l’élève au cours de cet exercice. En fait, nous sommes revenus au même nombre de plaintes qu’au cours de l’année 2015-2016. Ce qui est particulier cette année est le nombre important de dossiers qui sont très complexes, d’autres qui prennent beaucoup de temps à se régler, d’autres où les parents sont très exigeants et ne comprennent pas les limites du milieu.

Origine des demandes
Parents 261 89 %
Élèves 34 11 %
Total 295 100%
Demandeurs selon l’ordre d’enseignement
Primaire 123 43 %
Primaire HDAA 45 15 %
Secondaire 76 26 %
Secondaire HDAA 17 5 %
Accueil 1 0 %
Adultes (FGA et FP) 33 11 %
Total 295 100 %

* P.-HDAA – Primaire – élève handicapé ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage
* S.-HDAA – Secondaire – élève handicapé ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage

Ce tableau permet d’analyser la nature des plaintes en fonction des ordres d’enseignement parmi les différents motifs de plainte qui ont été relevés.

Le Service de l’organisation scolaire et les directions d’école ont appliqué avec beaucoup de rigueur la démarche qui entoure tout le processus d’inscription et le suivi auprès des élèves inscrits en libre choix. Lors de la réinscription, la fiche avisait les parents du statut de leur enfant. En mars, le Service de l’organisation scolaire a recensé les élèves à risque d’être déplacés et les parents en ont été avisés par voie de lettre et par un appel de la direction.

Cette année, il y a eu dix plaintes de moins sous la rubrique « élève en libre choix ». La démarche, quoique difficile pour les parents concernés, a permis d’éviter les surprises à la rentrée 2017-2018.